23/09/2010

Les ayants droit durement touchés par une contre attaque de hackers

Publié le 20 septembre par Fabrice Epelboin sur Read Write Web


Faire de la pros­pec­tive est une chose, voir se réa­li­ser ses pires pré­dic­tions en est une autre : trois mois à peine après que nous ayons de façon très expli­cite pré­venu les ayants droits, lors d’une réunion à l’assemblée natio­nale, des dan­gers d’une course aux arme­ments, voici que ces même ayants droits essuient, et ce n’est qu’un début, une attaque sans merci. Celle-ci aura le mérite de mettre les choses au clair pour ce qui est de jau­ger du rap­port de force entre ayants droit et internautes. La ligne jaune a été fran­chie par AiPlex Software, une entre­prise tra­vaillant pour les ayants droits, et qui a adopté des méthodes par­ti­cu­liè­re­ment agres­sives, allant jusqu’à faire des attaques infor­ma­tiques DDOS sur les sites ‘pirate’.

Lancée sur 4chan, par les célèbres Anonymous, la contre attaque s’est opé­rée sur le même mode que la guerre qu’avait livré 4chan à la Scientologie : dis­tri­bu­tion d’armes à la popu­la­tion civile (en l’occurrence un uti­li­taire appelé LOIC, très simple d’emploi, per­met­tant d’attaquer un site), et par­faite coor­di­na­tion, afin d’attaquer un site pré­cis à une heure don­née. Un nombre «très impres­sion­nant» (selon nos infor­ma­teurs) de per­sonnes se sont joints à l’attaque, pro­vo­cant la dis­pa­ri­tion pure et simple de la pré­sence inter­net des sites web visés.
Ce n’est pas la pre­mière contre attaque de ce type, l’année der­nière, l’opération Baylout avait visé le cabi­net d’avocats défen­dant les inté­rêts de plu­sieurs stu­dios Hollywoodiens. Téléphone, fax, inter­net : durant près de deux semaines, l’entreprise s’est ainsi retrou­vée paralysée.

Bigger, bet­ter, stronger 

Mais cette fois-ci, l’opération de ces der­niers jours contre la RIAA, la MPAA et AiPlex, les équi­va­lents amé­ri­cains de la SCPP, de la IFPI ou de socié­tés comme TMG ou Vedicis qui pré­parent, en Europe, l’instauration de la sur­veillance géné­ra­li­sée des popu­la­tions, sont d’une ampleur sans précédent.

Nos contacts au sein du milieu des hackers sont eux même éton­nés de l’ampleur pris par la contre attaque, mais s’inquiètent par­ti­cu­liè­re­ment du coté intran­si­geant de ceux qui sont der­rière ces attaques.
«Avec ce groupe, issu de ‘grey hats’, il n’y a pas de dis­cus­sion pos­sible, on est monté d’un cran». «Ces attaques sont sans pré­cé­dent, rien à voir avec l’opération Baylout de l’année der­nière, le nombre de per­sonnes qui ont par­ti­cipé est sans précédent».

Resistance is futile

En dis­tri­buant mas­si­ve­ment des armes à la popu­la­tion, la stra­té­gie a consisté à faire entrer dans la bataille des inter­nautes issus «d’une qua­ran­taine de pays dif­fé­rents». Il ne s’agit ni plus ni moins de lever une armée, et les ano­ny­mous ont prouvé qu’ils étaient en mesure de le faire au delà de tout ce que l’on avait pu ima­gi­ner jusqu’ici.
Ce type d’action, que TorrentFreak n’hésite pas à qua­li­fier de «mani­fes­ta­tion du futur» est d’une effi­ca­cité redou­table. Il n’existe pas pour l’instant de parade. Seul quelques très rares socié­tés de sécu­rité sont en mesure de pro­po­ser des héber­ge­ment sus­cep­tibles de résis­ter à ce telles attaques, fai­sant explo­ser au pas­sage les coûts de l’hébergement, ce qui ne résout, au final, qu’une par­tie du pro­blème, la mise à mort des sites web des ayants droits n’étant que la par­tie visible des dégâts infligés.

All your base are belong to us

A l’origine de l’attaque, les Anonymous, ce groupe consti­tué d’inconnus qui se retrouve sur le célèbre 4chan. Informelle, mou­vante et très dis­ci­pli­née, les troupes de volon­taires qui se sont joint, cette fois-ci, aux attaques, sont d’une ampleur sans pré­cé­dent. Parfois comique, comme quand les attaques consistent à télé­char­ger en masse du porno sur Youtube, par­fois enga­gés comme dans le cas de la lutte à mort des Anonymous contre la scien­to­lo­gie ou les attaques qui ont fait suite à la cen­sure de l’internet par le gou­ver­ne­ment Australien, la der­nière bataille contre les ayants droits a recueilli dans le grand public une adhé­sion incroyable.
La meute de volon­taires qui se sont joints a l’attaque a fait toute la dif­fé­rence, et a mon­tré aux ayants droit la for­mi­dable capa­cité à lever une armée qu’ont désor­mais les adver­saires des aya­tol­lahs du copyright.
Le déroulé des attaques ne laisse aucune doute, il ne s’agit plus désor­mais de coup de semonces, mais bien du déclen­che­ment d’une véri­table guerre mon­diale d’un nou­veau genre, dans laquelle des civils prennent les armes contre des socié­tés pri­vés. Il y a toutes les chances pour que le ter­rain des opé­ra­tions se déplace tôt ou tard dans des terres où les aya­tol­lahs du copy­right sont sur le point de prendre le pou­voir et d’impo­ser leur vision de l’internet : la France.
Interrogé sur les cibles poten­tielles dans le cas d’une fran­ci­sa­tion du conflit, les contacts que nous avons inter­ro­gés dans les milieux du hacking Français sont caté­go­riques : «la cible, en France, sera les indus­triel des conte­nus, tel que Vivendi et SFR, Orange, ou encore TF1». Au delà de leurs sites, ce sont les infrasc­truc­tures qui pour­raient être visées, pou­vant aller jusqu’à para­ly­ser cer­tains four­nis­seurs d’accès à internet.
En cas de mise en place de Deep Packet Inspection sur le réseau inter­net Français, nos contacts nous confirment que «il sera très aisé de viser les équi­pe­ments en coeur de réseau afin de leur por­ter des coups très durs».

Alea Jacta Est

Reste à voir si les ayants droits vont conti­nuer la course aux arme­ments qu’ils ont, de leur propre chef, entamé, et si l’Etat va enfin réa­li­ser qu’un tel conflit peut dégé­né­rer au point de por­ter atteinte à la sécu­rité natio­nale à avoir des conséquences écono­miques sérieuses.
Il sera égale­ment inté­res­sant de voir si le sym­bole de ce conflit ouvert entre ‘pirates’ et ayants droits en France, l’Hadopi, va entendre le mes­sage et se repo­si­tion­ner dans une atti­tude plus ouverte, quitte à lais­ser adou­cir voir aban­don­ner dis­crè­te­ment le volet répres­sif qui, face à l’armée désor­mais consti­tuée contre les aya­tol­lah du copy­right, fait dou­ce­ment rigoler.
Le pro­chain mou­ve­ment du coté des ayants droits sera vrai­sem­bla­ble­ment de requa­li­fier les faits en ter­ro­risme, mais à l’heure des dépor­ta­tions, cela pour­rait être perçu, sur­tout si cela vient d’un parti qui se réclame encore du Gaullisme, comme un compliment.

 
IDEM VELLE AC IDEM NOLLE AC TANDEM VERA AMICITIA EST