22/07/2010

Top Secret America : A Washington Post Investigation


T O P . S E C R E T . A M E R I C A




Voilà ce qu'en dit Corine Lesnes sur son blog, pour ma part, je dois admettre que je n'ai pas encore eu le temps de me plonger totalement dans ce putain de dossier qui semble pour le moins béton... mais je n'ai pas su résister à l'envie de vous le faire partager. Bon courage à tous, ça pue les nuits blanches... http://projects.washingtonpost.com/top-secret-america/

Publié le 21 juillet 2010 par Corine Lesnes pour Big Picture, Croquis D'Amérique

Parlant journalisme d’investigation, en voilà.
Il ne s’agit pas d’un scoop tiré d’un document qu’une “source” a envie de faire fuiter dans la presse, mais d’un scoop conceptuel, si on peut dire: qui révéle quelquechose qui est sous nos yeux mais trop éparpillé pour en prendre la mesure: too big to see.
Depuis trois jours, le Washington Post consacre la moitié de sa Une à une série sur les services secrets et la galaxie du monde du renseignement mise en place après les attentats de 2001: Top Secret America. C’est le nouveau journalisme de quotidien, en quelque sorte. Moins “news”, plus magazine. Les trois volets déjà parus pourraient remplir un livre.

La série a représenté deux ans de travail. Un staff d’une dizaine de personnes en plus des deux journalistes chevronnés qui ont écrit les articles (Dana Priest et William Arkin). Elle est accompagnée par un site web, une page FaceBook et un blog.

Elle montre l’essor tentaculaire du secteur de la sécurité nationale et son extension dans le privé (que font les Tea Parties ?)
Plus de 1200 agences gouvernementales et 1900 compagnies travaillent sur le contre-terrorisme, le renseignement ou la sécurité nationale sur plus de 10.000 sites dans le pays.
Quelque 854.000 personnes sont habilitées “secret défense” et rédigent 50.000 rapports par an….”dont la plupart sont complètement ignorés”. (A ne pas rater la grande roue du renseignement)

24 nouveaux organismes ont été créés entre septembre et décembre 2001 (dont le Homeland Security Department et la Foreign Terrorist Asset Tracking Task Force).
37 de plus en 2002, “pour traquer les armes de destruction massive” et collecter le renseignement. 36 en 2003, 26 en 2004 etc…

Préoccupant, le recours au privé. Sur les 854.000 “secret défense”, 31 % sont des contractuels privés. Et il n’y a pas de registre unique de tous ces personnels qui ont accès aux informations top secret …
Robert Gates le ministre de la défense a été interviewé par les auteurs.
- “Ceci est une confession terrible, leur a-t-il dit. Je ne peux pas avoir un chiffre sur le nombre de contractuels qui travaillent pour le cabinet du secrétariat à la défense“.

Le Washington Post indique que ses enquêteurs ont commencé par éplucher des centaines de milliers de documents publics. Ce travail leur a permis d’identifier 45 agences, qui ont pu être découpées en 1271 unités (par exemple le Centre de contre-terrorisme du FBI).
Pour ne pas compromettre la sécurité nationale, le quotidien a fait viser le site WEB et les cartes par des “officiels” qui n’ont objecté que sur un point -lequel a été retiré. Certains ont émis des objections sur l’ensemble du projet mais comme ils ne mettaient rien en cause en particulier, le quotidien a passé outre.

Il va être difficile d’échapper au Prix Pulitzer…

http://clesnes.blog.lemonde.fr/2010/07/21/top-secret-america/

 
IDEM VELLE AC IDEM NOLLE AC TANDEM VERA AMICITIA EST